Image à la une !

Par Caroline Meunier Publié le dimanche, 6 novembre 2016

Du haut de mes 28 ans, cette année, j’ai vécu ma sixième rentrée scolaire en tant qu’enseignante diplômée. Plusieurs me diront que  » je n’ai encore rien vu » ! Par contre, tout au long de mon parcours qui m’a menée vers ma permanence (Ô délivrance !), j’ai pu travailler et côtoyer différentes personnes qui ont toutes contribué à façonner l’enseignante que je suis devenue. En effet, en tant que stagiaire, suppléante ou contractuelle, j’ai pu voir les effets de différents styles d’enseignement, mais aussi l’impact de différents types d’ENSEIGNANTS.

Une chose est apparue comme inévitable: l’effet enseignant. Il est incroyable de constater à quel point le lien qu’un enseignant entretient avec ses élèves peut tout changer. En effet, chaque intervenant a sa couleur et ceci est un avantage indéniable pour rejoindre le plus grand nombre d’élèves possibles. Par contre, avez-vous déjà remarqué que certains enseignants ont toujours les groupes les plus difficiles ? Que d’autres ont souvent de belles surprises en recevant d’anciens élèves qui viennent les revoir, même après plusieurs années ? Que lorsque les gens parlent de leur parcours scolaire en remontant dans leurs souvenirs, ils font toujours référence à des enseignants qui ont été signifiants ?

Quand j’ai débuté ma carrière, j’ai décidé d’être cette enseignante signifiante pour tous les élèves qui me seraient confiés. J’ai bien vite compris que ce lien qui unit un enseignant et ses élèves devient le fil conducteur pour une saine gestion de classe, pour un climat agréable et pour des apprentissages significatifs et durables.

Je n’enseigne pas pour évaluer et remettre un joli bulletin chiffré aux parents de mes élèves; j’enseigne pour faire une différence !

Cet effet enseignant se traduit par tellement de petits gestes banals, mais qui prennent une grande importance. Accueillir ses élèves avec un beau sourire et un beau  »bonjour » à chacun, s’informer de leur vie et partager des anecdotes de notre vie privée, prendre le temps de rire avec eux, se permettre d’avoir une petite bulle au cerveau et de se mettre à danser entre deux leçons de mathématiques, un petit clin d’oeil complice une fois de temps en temps pour signifier à l’enfant que l’on remarque tous ses efforts ou ses bons coups, des félicitations à la pelletée, etc. Tellement de petits gestes simples, qui ne prennent que quelques minutes par jour, mais qui valent tout l’or du monde pour les enfants !

Il est certain qu’un enseignant ne peut pas aller à l’encontre de sa personnalité. Je dois avouer que je suis une personne très relationnelle. Par contre, même avec des groupes plus difficiles, ces petits gestes sont tellement gagnants et appréciés des élèves !

Même si mes semaines sont planifiées au quart de tour, je ne m’autorise jamais à annuler la causerie du lundi matin. Quel beau moment pour le partage et pour démontrer notre intérêt envers eux. Le climat de classe et le sentiment d’appartenance sont tellement bonifiés !

Finalement, il ne faut pas hésiter à démontrer un peu de flexibilité envers les élèves en difficulté d’apprentissage ou de comportement. Même si cela peut sembler bien lourd parfois, une petite adaptation, une attention spéciale, peut faire une très grande différence et devenir un atout.

L’ effet enseignant est profitable pour tout le monde. Les élèves nous sont confiés pour une période de cent quatre-vingts jours, à raison de cinq heures par jour. Le lien devient primordial autant pour les plus petits que pour nos grands préados !

De plus, quel enseignant ne désire pas être signifiant pour ses élèves et vivre de belles journées dans un climat positif et chaleureux ?

Caroline Meunier, pour Les trésors de Charlemagne

Retour à la liste des blogues
 Abonnez-vous à l'infolettre !​
Soyez informé des nouveaux documents, des gratuités et des promotions chaque mois.